Home >Chapters > Paris> CR novembre 2005

Chapitre Parisien
Compte-Rendu Réunion Novembre 2005

Les Photos

photo photo photo photo photo photo

Pour accéder aux photos, suivez ce lien. Les légendes ne sont pas toutes complétées, soit par paresse soit parce que je ne reconnais pas tout le monde. Si vous vous reconnaissez (et vos voisin(e)s), envoyez moi un mail en précisant le numéro de la photo. Merci d'avance.

Le Débat

Avantages & Inconvénients de développer sur les nouvelles consoles portables (1/2)

Intervenants

Nintendo DS

Une fois de plus, Nintendo a eu pour ambition de proposer aux joueurs des expériences de jeu novatrices.

La Nintendo DS permet en effet de travailler sur des gameplays originaux grâce à l’intégration d’un stylet, d’un écran tactile et d’un micro.
L’usage du stylet, permet de reproduire à peu de chose prêt ce que permet la souris sur PC. Par exemple, le portage de Chaos League sur DS serait possible grâce à la présence de ce stylet.
De même, des gameplays basés sur le dessin ou la reproduction de formes ne sont possible que sur la DS (exemples d’EletroPlancton ou de Nintendogs).

Il est important de noter que l’utilisation du stylet dans le gameplay d’un jeu sur DS entraine la « perte d’accès » à 5 boutons : la prise en main de la console devient alors moins facile et se rapproche de la manipulation d’un PDA. Cette contrainte assez forte est à intégrer dans le game design, car il y a clairement un choix à faire entre un jeu avec stylet et un jeu sans stylet.
Le micro, lui, peut être considéré comme complètement gadget en raison d’une gestion des environnements sonores (et des bruits de fonds) qui n’est pas optimale.
La capacité de l’écran tactile à gérer le souffle d’un joueur doit lui aussi rester sujet à enthousiasme modéré tant cela semble possible pour de très courtes durées seulement. On s’essoufle en effet très rapidement…

Sony PSP

Les developpements sur PSP se sont fait sur émulateur en 2004 puisque le Hardware n’a été livré par Sony aux studios de développement qu’en Mars/Avril 2005.
Le magnifiquer écran de la PSP propose une résolution 480x372, le processeur est cadancé à 333MHz et le Chip 3D équipé d’un coprocesseur mathématique permet d’atteintre des capacités de calculs équivalentes à celle de la PS2. La capacité de stockage des disques UMD est elle, limité à 1,8 Go.
Sony vise très clairement le public des des joueurs de PS2, principalement des hommes donc, ayant tout de même les moyens de débourser 250€, ce qui n’est pas donné…
La portabilité de l’appareil induit des sessions de jeux en moyenne beaucoup plus courtes, ce qui est loin d’être négligeable puisque cela provoque une utilisation très différente de la console par rapport à l’expérience type de la PS2.
Une des premières spécificités du développement sur PSP est la taille de l’écran 16/9e. C’est la première fois que ce standard de développement s’impose de lui-même.
Pour les jeux multi-joueurs, le fait que chaque joueur dispose de son propre écran change également pas mal de choses par rapport aux développements sur PS2…

A suivre...

La discussion a alors été interrompue par les étudiants de l’ESTA… pour être reprise le mois prochain bien sur !

Faites nous par de vos commentaires et réaction sur le forum France, un thread y est dédié !